… Je ne cherche pas ici à faire le portrait d’une ville…

«Je ne cherche pas ici à faire le portrait d’une ville. Je voudrais seulement essayer de montrer – avec toute la part de gaucherie, d’inexactitude et de fiction que comporte un tel retour en arrière – comment elle m’a formé, c’est-à-dire en partie incité, en partie contraint à voir le monde imaginaire, auquel je m’éveillais par mes lectures, à travers le prisme déformant qu’elle interposait entre lui et moi, et comment de mon côté, plus libre que j’étais par ma réclusion de prendre mes distances avec ses repères matériels, je l’ai remodelée selon le contour de mes rêveries intimes, je lui ai prêté chair et vie selon la loi du désir plutôt que selon celle de l’objectivité.»

Gracq, Julien. 1995 [1985]. «La Forme d’une ville», in Oeuvres complètes II. Texte établi, annoté et présenté par Bernhild Boie. Coll. «NRF / Bibliothèque de la Pléiade». Paris: Gallimard, p. 774.

Publicités