… un territoire rhizomatique d’observation …

«Je propose de penser le corps et le langage par leur capacité à produire des alliances fortuites avec l’espace humain. Le flâneur est en effet destiné à se présenter de corps et de langage dans des réseaux spatiaux, chaque fois comme une nouvelle pièce du vaste puzzle du monde, et chaque fois comme une occasion unique. Le moment y figurant alors, dans son piétinement, comme atome de durée et comme état de conscience. Ces réseaux spatiaux, le flâneur en fait, tout autant qu’un territoire rhizomatique d’observation, la place mouvante d’où prendre discrètement la parole au milieu de la foule agissante.»

Carpentier, André. 2009. «Être auprès des choses. L’écrivain flâneur tel qu’engagé dans la quotidienneté» dans Sandrina Joseph (dir.) Révéler l’habituel. La banalité dans le récit littéraire contemporain. Revue Paragraphes, vol. 28. Université de Montréal: Département des littératures de langue française, p. 30.

Publicités