Page 60

Au centre d’une photographie au fort contraste se tient un poteau électrique. Des fils d’une blancheur éclatante s’y rattachent – des aussières autour d’une bitte d’amarrage. D’autres poteaux se détachent sur fond noir, en arrière-plan, qui rappellent les pieux d’un quai au tablier évanoui. Dans l’air, de la neige en suspension que l’on reconnaît comme du pollen – sans doute de pissenlit ou de peuplier. Dans la moitié gauche de l’image s’accumulent des fils téléphoniques et électriques, l’épave d’une camionnette blanche portant parfois le nom de ruine ou de cancer, un hangar – engoncé dans la tôle habituelle – surmonté de deux guillotines enfoncées dans un mur de briques. Sur la boîte de la camionnette, on remarque le reflet de la lumière du soleil provenant d’une fenêtre en hors-cadre. Dans le coin inférieur droit, on découvre les contours d’un t-shirt blanc qui dérive dans une ruelle – on y devine un enfant.

Publicités