Moteur

[Série 9. Suite de De la lenteur émerge]

«L'oreille sur la track», 2014.

Hier matin, j’ai fait un détour dans ma première ruelle d’adoption, tout juste à l’ouest de Darling, au-dessus d’Ontario. Une femme énergique fonce vers le sud, précédée d’une poussette-chasse-corps. Un gamin d’une huitaine d’années, au plus, court devant eux en regardant ses pieds. Soudain, il se retourne pour regarder sa mère, tout sourire.

– Wow, maman… T’es forte aujourd’hui!

–Ben non, Jérémie. J’suis pas plus forte que d’habitude. On n’est rien que pressés, fait qu’déguidine.

La tignasse blonde s’est remise à tressauter dans la ruelle avant de disparaître. J’ai continué de marcher, vers le nord, en posant de temps à autres la pulpe des doigts sur des clôtures qui, à en croire le chuchotement des souvenirs, étaient moins grandes, moins opaques. La rudesse du bois contre le pavillon de l’oreille, a rendue plus nette la vibration des cours et des galeries. La rumeur allait s’approchant, emportant voix, rires et engueulades jusqu’à la joue puis jusqu’au bord des lèvres – et même un goût de bois desséché, de poussière et de rouille sur la langue – jusqu’à ce qu’un chien nommé Moteur ne se jette sur le mur.

Publicités