Archives de Catégorie: citation

s’en déprendre

par

«Être solidaire du monde, c’est s’ouvrir à soi-même, c’est-à-dire s’en déprendre pour mieux y résider.» Vidal, Jean-Pierre. 2003. Le Labyrinthe aboli. De quelques minotaures contemporains. Coll. «Spirale». Montréal: Éditions Trait d’union, p. 107.… Lire la suite

mais le nord / ne serait nulle part

par

Cinq-zéro-huit-trois: 1 Avec sa croix de Saint-André, ses feux, sa lisse argentée, il scintille, stoïque au soleil vaillant, le mât du passage à niveau. ……………………….. À l’ouest, tout juste (à peine), du viaduc,… Lire la suite

les mains vides

par

[…] Il n’y a plus d’Indiens à Hochelaga ‘ Y avait nous, les gamins du faubourg Qui avons grandi sans boussole sans pôle Sans maîtres à vénérer sinon des joueurs de hockey Le… Lire la suite

des riens

par

  «On ne sait pas ce qu’il faut, ou faudrait : du nombre revenant sous la monotonie, des emplois, du travail, le plein-emploi du temps et des signes, oui, bien sûr, tout cela d’abord… Lire la suite

la flânerie n’est pas un luxe

par

«Tout d’abord, j’y reviens, la flânerie n’est pas un luxe. Même si elle accompagne une bonne part de la littérature des XIXe et XXe siècles et si, comme telle, elle fait partie du… Lire la suite

un acte sans fin recommencé

par

«Une ville est une réserve, une puissance, mais aussi un acte sans fin recommencé, un ensemble vivant qui ne vit que de ce qui frémit dans sa trame. Une ville est une somme… Lire la suite

Une histoire inutile

par

on oublie parfois une liste de commissions écrite sur un coin de journal – le suicide d’un acteur à la une des vacances – on la retrouve longtemps après derrière un vase au… Lire la suite

ce serait beau

par

«Que fait la quiétude? Elle tient ensemble – et ce serait beau qu’elle existe par-delà l’instant, par-delà une petite durée» Peter Handke (2011) Hier en chemin. Carnets, novembre 1987-juillet 1990, Éditions Verdier, coll.… Lire la suite

… une figure majeure…

par

«Le flâneur, cet étranger aux autres et surtout à soi-même, comme le voyageur ou l’immigrant, serait donc une figure majeure de la philosophie du quotidien. Se tenant sur le seuil de la familiarité,… Lire la suite

… la félicité est menacée…

par

«Ces petits malaises et ces moments dissonants de la vie quotidienne, ces flottements d’indétermination, qui poussent à dire « c’est étrange », « c’est bizarre », ou encore à ne rien dire sont autant de signes qui… Lire la suite

  • Hoche’élague, c’est quoi?

    Présentation du projet sur le webzine Cousins de personne en cliquant ici.
  • Rejoignez 877 autres abonnés